Victor Hugo

En février 1804, Victor Hugo arrive pour la première fois à Paris. Âgé de 2 ans, il a jusqu'alors habité en province et à l'étranger, au gré des mutations de son général de père. Sa mère est fatiguée de cette vie itinérante. Elle a décidé de s'installer à Paris avec ses trois fils... sans son mari, dont elle divorcera bientôt.

TOUS LES LIEUX

En jaune, les lieux les plus intéressants

1Rue Danielle Casanova

20, rue Danielle Casanova - 75002 Paris

Victor Hugo naît à Besançon le 26 février 1802.
Il est le benjamin d’une famille qui compte déjà deux fils, Abel et Eugène. Les obligations de son père - militaire - le conduisent à Marseille, Bastia, puis sur l'île d'Elbe.

En février 1804, sa mère - Sophie Trébuchet - quitte son père et rentre en France avec ses fils.
Elle s'installe au 
76, rue Neuve-des-Petits-Champs. Elle restera près de cinq ans dans cet appartement qui correspond aujourd’hui au 20, rue Danielle-Casanova.

2Rue de Clichy

24, rue de Clichy - 75009 Paris

En 1808, la petite famille retourne en Italie rejoindre Léopold pour un moment. Mais en février 1809, tous rentrent de nouveau en France et s'installent cette fois au 24, rue de Clichy.

Il y restent peu de temps, et déménagent en 1809 au 250, rue Saint-Jacques.

Bien des années plus tard, en 1874,  Victor Hugo reviendra habiter rue de Clichy, au 21. Il s'installera au quatrième étage.

3Rue des Feuillantines

12, rue des Feuillantines - 75005 Paris

Le 4 juin 1809, la famille s'installe au 12, impasse des Feuillantines, un vaste appartement en rez-de-chaussée dans une dépendance du couvent des Feuillantines.
Il y a un immense jardin. Souvent, les enfants d'un vieil ami de leur mère, Pierre Foucher, viennent y jouer. En particulier Adèle, qui, plus tard, va devenir l'épouse de Victor.

Actuellement, le 12, rue des Feuillantines accueille un immeuble sans intérêt.
Mais juste à côté, au 10, une plaque commémorative rappelle la présence de Victor Hugo en ces lieux.

4Rue du Cherche-Midi

44, rue du Cherche-Midi - 75006 Paris

Les parents de Victor Hugo ne s'entendent plus. Fin 1813, sa mère quitte les Feuillantines pour un logement plus modeste au 2, rue des Vieilles-Tuileries, actuel 44 rue du Cherche-Midi, au rez-de-chaussée. Elle y habite avec ses trois fils.
A l'angle avec la rue de l'Abbé Grégoire, on trouve encore une trace de l'ancien nom de la rue, gravé dans le mur.

Après son mariage avec Adèle Foucher, Victor Hugo revient s'installer juste à côté : au 37 rue du Cherche-Midi, à l'Hôtel de Toulouse, chez ses beaux-parents. Il y réside d'octobre 1822 au printemps 1824. Victor Hugo commence à gagner sa vie avec ses poésies et bénéficie de pensions de Louis XVIII : il devient un écrivain connu et bien en cour.

5Rue Gozlin

7, rue Gozlin - 75006 Paris

En février 1815, Victor s'installe avec son frère Eugène à la pension Cordier et Decotte, située 41, rue Sainte-Marguerite, sous la responsabilité de leur tante. 
Aujourd'hui la rue Saint Marguerite n'existe plus. On peut situer le 41 de l'époque de Hugo au niveau de l'actuelle place du Québec et de la rue Gozlin.

A partir d'octobre 1816, les frères Hugo étudient au lycée Louis-le-Grand, au 123, rue Saint-Jacques.
On peut signaler qu'aujourd'hui, une des deux cours principales du lycée
porte le nom de Victor Hugo.

6Rue Bonaparte

18, rue Bonaparte - 75006 Paris

Entre 1818 et 1822, Victor Hugo déménage 3 fois :

En septembre 1818, suite au jugement en divorce qui les confie à la garde de leur mère, les enfants Hugo s'installent avec elle, au 18 rue des Petits-Augustins (actuelle rue Bonaparte), dans un appartement au troisième étage avec vue sur la cour du Musée des monuments français. Ils y restent jusqu'en 1821.
A cette époque, les Hugo fréquentent la famille Foucher. Victor passe des soirées auprès d'Adèle et lui déclare son amour.

En janvier 1821, Victor Hugo habite au 10, rue de Mézières avec ses frères et sa mère, désireuse de pouvoir disposer d'un jardinet. Leur appartement loué par Abel Hugo se trouve au rez-de-chaussée. Madame Hugo y meurt le 27 juin suivant.

Enfin, de mars à octobre 1822, avant de se marier, Victor Hugo habite avec son cousin Adolphe Trébuchet au 30 rue du Dragon, au 4ème étage. Une violente dispute l'a opposé à Eugène dans son précédent appartement, et il doit déménager. Adèle Foucher habite chez ses parents, non loin de là, au 37 rue du Cherche-Midi.

7Eglise St Sulpice

Place St Sulpice - 75006 Paris

Victor Hugo et Adèle Foucher se marient à l’église Saint-Sulpice, le 11 octobre 1822, dans la chapelle de la Vierge.

Chapelle de la Vierge
Chapelle de la Vierge

8Rue de Vaugirard

88, rue de Vaugirard - 75006 Paris

En juin 1824, le couple s'installe au 90, rue de Vaugirard. Il loge dans un entresol au-dessus d'un atelier de menuiserie. Le 28 août naît leur fille Léopoldine.
Aujourd'hui, la demeure a disparu suite au percement de la rue de Rennes. On la situe au niveau du 88, rue de Vaugirard.

La famille Hugo habite ensuite, de 1827 à 1830, au 11, rue Notre-Dame-des-Champs.
Victor écrit à cette période Hernani et les Orientales.
Avec le percement du boulevard Raspail vers 1870, la demeure a été détruite. On la situe aujourd'hui au niveau de ce boulevard, entre le 23 et le 37.

9Rue Jean Goujon

9, rue Goujon - 75008 Paris

Le 7 mai 1830, Victor Hugo, congédié par son propriétaire, s'installe avec Adèle au 9, rue Jean Goujon. C'est alors le seul immeuble de la rue, côté Champs Elysées. L'appartement se situe au deuxième étage et donne sur des jardins. On peut apercevoir le Dôme des Invalides.
C'est là que Hugo écrit  
Notre-Dame de Paris en 1830. Pour ce faire, il ne sort pas de chez lui pendant six mois, car il est engagé par contrat, et menacé par son éditeur d'importantes amendes par jour de retard.

Rue Jean Goujon
Rue Jean Goujon

10Place des Vosges

6, place des Vosges - 75004 Paris

La demeure rue Jean Goujon est trop isolée, et la famille déménage en 1832 pour le 6, place Royale (aujourd'hui place des Vosges), dans un appartement de 280m² au deuxième étage de l'Hôtel Guémenée. Il écrit là la plupart de ses oeuvres : Marie Tudor, Ruy Blas, Les Burgraves... Il  reçoit régulièrement les écrivains et penseurs les plus illustres de l'époque, parmi lesquels Balzac, Lamartine, Alfred de Vigny ou Prosper Mérimée.
Pendant l’insurrection populaire de la Révolution de 1848, des émeutiers dressent des barricades dans le quartier et envahissent l’appartement de Victor Hugo le 24 juin : l’incident bouleverse la famille au point de la décider à quitter la Place Royale au plus vite.
La maison est devenue le musée Victor Hugo en 1903.

A partir de 1836, Victor Hugo installe sa maîtresse - Juliette Drouet - au 14 rue Sainte-Anastase, non loin de la place Royale.
Ils se sont rencontrés en janvier lors des répétitions de Lucrèce Borgia, pièce dans laquelle Juliette tient un petit rôle. Dorénavant, Juliette n'habitera jamais à plus de 500 mètres de Victor Hugo, au gré des déménagements de ce dernier. 
Une plaque en référence à Juliette Drouet est apposée rue Sainte-Anastase.

11Salle Ventadour

1, rue Dalayrac - 75002 Paris

En 1837, Victor Hugo et Alexandre Dumas engagent la création d’un théâtre qui laissera toute sa place à la dramaturgie romantique dont Victor Hugo est l’un des représentants les plus illustres : le Théâtre de la Renaissance. Il l’installent dans les locaux de la salle Ventadour, rue Dalayrac.

12Rue de la Tour-d’Auvergne

41, rue de la Tour-d'Auvergne - 75009 Paris

Les années 1848 à 1851 sont un peu agitées pour Victor Hugo.

Entre juillet et octobre 1848, après les journées de juin, il fuit la place Royale, pour s'installer pendant un mois au 5, rue de l'Isly, dans le 8ème arrondissement.

En mai 1849, il déménage au 37 (devenu aujourd'hui le 39), rue de la Tour-d'Auvergne. Dans ce quartier, dont le calme s'apparente à l'époque à celui d’un faubourg, il occupe un appartement au premier étage d’un hôtel particulier de trois étages.
Juliette Drouet habite à deux pas, au 20 rue Rodier.
Et Léonie Biard, la seconde maîtresse de Hugo, au 12 rue Laferrière. Victor Hugo demeurera là jusqu’en 1851.

Enfin, pendant les événements de décembre 1851, durant lesquels il prend une part active dans la résistance, Victor Hugo doit quitter son domicile rue de la Tour-d'Auvergne et se cacher 19 rue de Richelieu, où il va parfois dormir.
Le 12 décembre au petit matin, il prend un fiacre au Palais-Royal et se fait conduire à la gare du Nord. Il arrive à Bruxelles et s'installe dans un petit hôtel sous l'identité de Jacques-Firmin Lanvin, compositeur d'imprimerie.
C'est l'exil : en Belgique d'abord, puis dans les îles Anglo-Normandes.

13Avenue Frochot

5, avenue Frochot - 75009 Paris

Après la capitulation de Sedan et la chute du Second Empire, la IIIe République est proclamée le 4 septembre 1870.
Victor Hugo peut enfin rentrer de son exil, et Paris lui réserve un accueil triomphal.
Il s'installe chez son ami Paul Meurice au 
5, avenue Frochot.

14Rue de la Rochefoucauld

66, rue de la Rochefoucauld - 75009 Paris

De retour de plusieurs séjours en Belgique et au Luxembourg, où il a perdu son fils Charles, Victor Hugo emménage 66, rue de la Rochefoucauld en octobre 1871. Juliette Drouet est rue Pigalle, juste en face.
En août 1872, il repart avec elle à Guernesey.

En juillet 1873, Victor Hugo rentre définitivement à Paris et loue une maisonnette villa Montmorency, au 5 avenue des Sycomores, pour se rapprocher de son fils François-Victor, malade.

En octobre 1873, il revient au 55, rue Pigalle où Juliette Drouet habitait depuis octobre 1871.

15Avenue Victor Hugo

124, avenue Victor-Hugo - 75016 Paris

En novembre 1878, Victor Hugo s'installe au 130 avenue d'Eylau, qui sera sa dernière demeure. L'avenue change de nom le 28 février 1881, pour s'appeler avenue Victor Hugo. L’écrivain recevra donc des courriers adressés à "M. Victor Hugo, en son avenue, Paris".
C’est là qu’il décède le 22 mai 1885, alors que l’orage gronde dehors.
La maison n'existe plus aujourd'hui. Elle a été remplacée par un immeuble au niveau du 124. Au dessus de la porte, on peut voir un portrait de Victor Hugo.

Juste à côté, au 143, se trouve le restaurant "Le Petit Victor Hugo", avec juste en face, la Villa Victor Hugo.

16Panthéon

Place du Panthéon - 75005 Paris

A la mort de Victor Hugo, des funérailles nationales sont décrétées. Le 1er juin 1885, une foule immense - on a parlé de deux millions de personnes - suit le "corbillard des pauvres" qu'il avait demandé. Son corps est déposé au Panthéon. L'Arc de Triomphe est voilé de noir.

A noter qu'au début de la rue Soufflot, sur la droite, presqu'à l'angle avec la rue St Jacques, le tagger C215 a représenté Victor Hugo sur une armoire électrique.

17Place Victor Hugo

Place Victor Hugo - 75016 Paris

La place prend le nom de Victor Hugo le jour même de son décès. En 1902, on y inaugure une statue au cours des fêtes du centenaire de la naissance du poète. Elle est l'oeuvre de Louis-Ernest Barrias. Malheureusement, en octobre 1941, elle est déboulonnée et fondue sur ordre du  gouvernement de Vichy.

La station de métro qui dessert la place porte le nom de Victor Hugo.
Elle a été reconstruite en 1931 et déplacée de quelques mètres pour remplacer la station précédente, trop en courbe pour recevoir les nouvelles rames de l'époque. On peut encore l'apercevoir depuis l'extrémité des quais de la station actuelle, côté Porte Dauphine.

Sur la place, on peut aussi boire un verre au café Victor Hugo.

18Sorbonne

47, rue des écoles - 75005 Paris

Dans la cour d'honneur de la Sorbonne, on trouve une statue de Victor Hugo par Laurent Honoré Marqueste, érigée vers 1900. A côté de lui, celle de Louis Pasteur.
Des visites de la Sorbonne sont possibles, sur réservations.

Non loin de là, au plafond de la station de métro Cluny-La Sorbonne, sur la ligne 10, on peut admirer, le nez en l'air, une immense fresque en mosaïque réalisée par Jean Bazaine en 1988. Parmi les signatures, celle de Victor Hugo.
Avant cela, la station était restée fermée pendant 50 ans du fait d'un trafic insuffisant.

19Square des Poètes

1, avenue du Général Sarrail - 75016 Paris

Au square des Poètes, près des Serres d'Auteuil, un buste de Victor Hugo figure parmi bien d'autres poètes.
Il est presque à l'entrée, depuis la porte d'Auteuil, en suivant le chemin sur la gauche.

20Lycée Janson de Sailly

106, rue de la Pompe - 75016 Paris

Sur la façade dlycée Janson de Sailly, au 106 rue de la Pompe, une série de bustes de philosophes et d'écrivains est exposée. Parmi eux, tout à fait sur la droite, celui de Victor Hugo.

21Angle avenues Victor Hugo et Henri Martin

198, avenue Victor Hugo - 75016 Paris

A l'intersection des avenues Victor-Hugo et Henri-Martin, on peut voir un monument de Rodin représentant Victor Hugo nu, intitulé la Méditation ou La Voix Intérieure.

22Allée Pilâtre de Rozier

2, avenue Raphaël - 75016 Paris

Au bout de l’allée Pilâtre de Rozier, dans les jardins du Ranelagh, presque au niveau des boulevards, côté porte de la Muette, on peut admirer un haut-relief en marbre de Georges Bareau, commandé par la Ville de Paris à l'occasion du centenaire de la naissance du poète.

Statue de Victor Hugo, allée Pilâtre de Rozier
Statue de Victor Hugo, allée Pilâtre de Rozier

23Comédie Française

Place Colette - 75001 Paris

A la Comédie Française - 1, place Colette - sur le mur à droite de l'entrée, on peut voir un médaillon en pierre de Victor Hugo, réalisé par Denys Puech.

24Eglise St Paul - St Louis

99, rue Saint-Antoine - 75004 Paris

Les bénitiers de l’église Saint-Paul ont été offerts par Victor Hugo à l’occasion du mariage de sa fille Léopoldine en ces lieux, le 15 février 1843.

25Musée Rodin

77, rue de Varenne - 75007 Paris

On trouve plusieurs sculptures représentant Victor Hugo au musée Rodin : à l'intérieur et dans les jardins.

26Musée d'Orsay

1, rue de la Légion d'Honneur - 75007 Paris

Plusieurs représentations de Victor Hugo au musée d'Orsay :
- au rez de chaussée, un médaillon beige et blanc, daté de 1887
- au niveau supérieur, un masque mortuaire sur son lit de mort, réalisé par Jules Dalou
- et au même niveau, un buste en bronze réalisé par Rodin.

27Hôtel de la Monnaie

11, quai de Conti - 75006 Paris

A l'Hôtel de la Monnaie, on peut voir un billet de 500 francs à l'effigie de Victor Hugo.

Billet
Billet

28Musée Grévin

10, boulevard Montmartre - 75009 Paris

Au musée Grévin, en plus de celle de Victor Hugo, on trouve aussi la statue de cire Gavroche.

29Sénat

15, rue de Vaugirard - 75006 Paris

Au Sénat, le salon Victor Hugo jouxte la salle des Conférences.
On y trouve un buste de l'écrivain.

On peut aussi noter qu'à l'Assemblée Nationale, la plus grande salle de réunion porte le nom de Victor Hugo. Elle se situe au 3ème sous-sol et ne se visite pas.

30Le Procope

13, rue de l'Ancienne Comédie - 75006, Paris
Victor Hugo fréquentait le Procope, réputé pour être aujourd'hui le plus vieux restaurant de Paris.
Son nom figure d'ailleurs sur la façade et sur un mur à l'intérieur, au rez-de-chaussée sur la gauche en entrant.

31Hôtel Victor Hugo... et autres

19, rue Copernic - 75016 Paris

A l'hôtel Victor Hugo, le hall et le salon sont illustrés de différents portrait de l'écrivain.

Et on peut aussi citer le lycée Victor Hugo, qui se trouve dans le Marais, au 27 rue de Sévigné (3ème).
La clinique Victor Hugo, spécialisée en chirurgie orthopédique au 5 bis rue du Dôme (16ème).

Et au 51 de la rue Quincampoix, sur la façade du restaurant "Dans le noir", une pensée de Victor Hugo sur le noir, l'obscurité et l'aveuglement. Profitez-en pour entrer et tenter l'expérience d'un repas dans l'obscurité totale.

2018-05-20 12:42:00