Emile Zola

Le 13 janvier 1898, l’Aurore publie en Une le "J'accuse" de Zola : une des lettres politiques les plus fameuses de tous les temps qui vaudra bien des ennuis à son auteur. Mais qu'importe, Zola est convaincu de l'honnêteté de Dreyfus, et déclare : "Dreyfus est innocent, je le jure ! J’y engage ma vie, j’y engage mon honneur".

TOUS LES LIEUX

En jaune, les lieux les plus intéressants

1Rue Saint-Joseph

10, rue Saint-Joseph - 75002 Paris

Emile Zola voit le jour le 2 avril 1840 au 10, rue Saint-Joseph, au quatrième étage d’un immeuble qui existe encore aujourd’hui, à deux pas de la Bourse. Il est fils unique.
Dès 1843, la famille Zola déménage à Aix-en-Provence, François Zola, ingénieur et père de Emile, devant y construire un barrage et un canal. Il décède en 1847.
Émile et sa mère reviennent à Paris en 1858, sans le sou, et vivent une existence très précaire qui va les mener de lieu en lieu. 

2Rue Monsieur le Prince

63, rue Monsieur le Prince - 75006 Paris

En 1858, Zola vit avec sa mère dans un hôtel meublé, au 63 rue Monsieur-le-Prince.

Il suit ses cours au lycée Saint Louis - 44, boulevard Saint-Michel - en qualité de boursier et de demi pensionnaire, mais échoue deux fois au bac en 1859. Ce double échec le marque profondément.

3Rue Saint-Jacques

241, rue Saint-Jacques - 75005 Paris

En 1859 et 1860, Zola et sa mère habitent au 241 rue Saint-Jacques.

Puis, en avril 1860, Emile habite seul au 35 rue Saint-Victor, pratiquement sous les toits. Son ami , Paul Cézanne, vient le retrouver là souvent pour admirer Paris. On dit que Zola se serait fait expulser de ce logement pour n’avoir pas payé son loyer.
Le quartier a été réaménagé et la rue St Victor rétrécie. Il ne reste donc plus de trace du n° 35.

4Rue Rollin

24 Rue Rollin - 75005 Paris

En 1860 et 61, Zola déménage au 24 rue Neuve-Saint-Étienne-du-Mont - devenue rue Rollin - une chambre sous les toits.
Sa mère vit alors au 21 de la même rue.
Aujourd'hui, le n° 24 a disparu, et le 21 est un immeuble récent.
A son extrémité ouest, la rue Rollin débouche sur une petite place ronde. Et il faut emprunter un bel escalier pour rejoindre la rue Monge.

5Rue Soufflot

11, rue Soufflot - 75005 Paris

En 1861-1862, Zola habite au 11 rue Soufflot, dans un hôtel pour le moins louche - aujourd'hui détruit - où il souffrait du voisinage bruyant des locataires. Il y était resté un an.

11, rue Soufflot
11, rue Soufflot

6Boulevard Saint-Germain

79, boulevard St Germain - 75006 Paris

En mars 1862, Zola entre chez Hachette comme employé au service des expéditions. C'est la fin des galères financières. Il y restera quatre ans et deviendra rapidement chef de publicité. C'est à cette période qu'il publie ses premières chroniques dans la presse.
Il travaille au 79 boulevard St Germain ou au 12 rue Pierre-Sarrazin, juste derrière.

7Impasse Royer-Collard

7, impasse Royer-Collard - 75005 Paris

En 1862 et 1863, Emile Zola va déménager trois fois.

En avril 1862, il emménage 7 impasse Saint-Dominique, dans une maison qui a aujourd’hui disparu.
La rue s'appelle aujourd'hui impasse Royer-Collard.
C'est à cette époque que Zola acquiert la nationalité française, le 31 octobre 1862.

Fin 62, il habite avec sa mère 62 rue de la Pépinière (alors à Montrouge, actuelle rue Daguerre), dans un logement dont les fenêtres donnent sur le cimetière Montparnasse.

Et en mars 1863, il emménage avec sa mère impasse des Feuillantines (actuellement : 5, rue des Feuillantines).

8Boulevard du Montparnasse

142, boulevard du Montparnasse - 75014 Paris

Et les déménagements continuent entre 1864 et 1866.

Entre juillet et décembre 1864, Zola habite toujours avec sa mère au 278 rue Saint-Jacques, dans un appartement avec terrasse, au 6ème étage.

En janvier 1865, il passe au 142 boulevard du Montparnasse, au 2ème étage, près d'un tir dont les détonations l'empêchent de travailler.

Puis, de janvier à mai 1866, Zola habite a9 rue de l’École de Médecine, avec son épouse Alexandrine.

Enfin, en mai 1866, Zola habite au 10 rue de Vaugirard, toujours avec Alexandrine : un appartement au 6ème étage, dont la terrasse donne sur le jardin du Luxembourg.

9Rue Dautancourt

1, rue Dautancourt - 75017 Paris

En avril 1867, Zola déménage au 1 rue Moncey - aujourd'hui rue Dautancourt - avec sa mère et Alexandrine.
Il y reste jusqu'en 1870.

En février 1868, Zola est momentanément domicilié 23, rue Truffaut dans le 17ème.

10Rue la Condamine

14, rue la Condamine - 75017 Paris

Entre 1869 et 1871, Zola habite au 14 rue La Condamine, une petite maison avec jardin au fond de la cour.
L'espace est désormais occupé par un centre d'affaires, et la cour aménagée.

En septembre 1870, Alexandrine convainc son mari de fuir le siège de Paris. Le voilà donc à Marseille. Il remonte à Paris avec l’Assemblée nationale en mars 1871, et retourne rue La Condamine.

11Mairie du XVIIème

16-20, rue des Batignolles - 75017 Paris

Le 31 mai 1870, Emile Zola épouse Alexandrine Meley, à la mairie du 17ème arrondissement.

12Rue Ballu

23, rue Ballu - 75009 Paris

En mars 1874, Emile Zola réside 19-21 rue Saint-Georges - aujourd'hui rue des Apennins.

Puis, en avril 1877, Zola s'installe au 23, rue de Boulogne - actuellement rue Ballu : d'abord au second étage, puis au premier. Il y reste jusqu'en 1889.

13Rue de Bruxelles

21 bis, rue de Bruxelles - 75009 Paris

En septembre 1889, la famille s’installe non loin de là dans un vaste hôtel particulier de trois étages avec jardin, au 21 bis rue de Bruxelles.
Depuis un an, Zola a commencé à vivre la double vie qu’il connaîtra jusqu’à sa mort, entre sa femme Alexandrine d'une part ; Jeanne Rozerot, la jeune lingère qu’il connut à Médan, et ses deux enfants Denise et Jacques d'autre part.

C'est aussi à cette époque qu'éclate l'affaire Dreyfus, qui vaudra à Zola une année d'exil à Londres en 1898. Mais c'est un succès pour Zola qui a obtenu que Dreyfus soit rejugé, et gracié.

Emile Zola meurt dans son domicile de la rue de Bruxelles, asphyxié par accident ou par malveillance, le 29 septembre 1902. Le mystère à ce propos n'est toujours pas éclairci.

14Cimetière de Montmartre

20, avenue Rachel - 75018 Paris

Les obsèques de Zola ont lieu au cimetière de Montmartre, le 6 octobre 1902. Anatole France prononce l'oraison funèbre. Sa dépouille est enterrée dans la 19ème division.
C'est une des plus belles tombes du cimetière : elle domine le rond point près de l'entrée. C'est aussi une des plus visitées bien qu'Emile Zola n'y soit pas resté longtemps.

15Panthéon

Place du Panthéon - 75005 Paris

Les cendres de Zola sont transférées au Panthéon le 4 juin 1908, après une longue et homérique bataille politique.

16Rue Montmartre

142, rue Montmartre - 75002 Paris

Une plaque rappelle que c'est à cette adresse, dans les locaux du journal l'Aurore, que Zola a fait publié son fameux "J'accuse", le 13 janvier 1898.

17Café Guerbois

9, avenue de Clichy - 75018 Paris

Zola fréquente le café Guerbois, 9-11, grande rue des Batignolles - actuellement 9, avenue de Clichy - entre 1865 et 1875. C’était le lieu de rendez-vous favori de Manet, de ses collègues artistes et de leurs amis écrivains. C’est dans sa salle en sous-sol que se théorise l’impressionnisme naissant. Degas et Cézanne y croisent Monet, Renoir et Pissarro.
C'est la guerre de 1870 qui va disperser en partie cette communauté.

18Avenue de Friedland

39, avenue de Friedland - 75008 Paris

L'hôtel de style renaissance où de nombreux artistes aimaient à se retrouver lors des célèbres "Mardi d'Arsène" a été détruit par le percement du boulevard Beaujon en 1857, laissant place a un bâtiment haussmannien.
Dans les années 1868-70, Zola fréquentait assidûment ces réunions où il croisait Manet, Monet, ou encore Antoine Guillemet.

19La Bonne Franquette

18, rue Saint-Rustique - 75018 Paris

La Bonne Franquette fut à la fin du 19ème siècle et au début du 20ème un rendez-vous d'artistes dont Zola faisait partie. Elle s'appelait alors "Aux billards en bois".
Une plaque sur la façade fait référence à cette époque.

20Le Bon Marché

24, rue de Sèvres - 75007 Paris

Emile Zola a longuement décrit ce magasin dans son roman "Au bonheur des dames".
Pendant deux mois (en février et mars 1882), il enquête sur le terrain. Il passe de longs moments au Bon Marché et au Louvre qui seront les deux principaux modèles du Bonheur des dames.

Le Bon Marché
Le Bon Marché

21Musée d'Orsay

1, rue de la Légion d'Honneur - 75007 Paris

Au musée d'Orsay, on peut admirer le tableau de Manet représentant Zola.

Emile Zola considère Manet, contesté par les partisans de la tradition, comme l'un des maîtres de demain, et il écrit sur lui dans La Revue du XXe siècle pour le défendre.
En guise de remerciement, Manet propose à l'auteur de faire son portrait. Zola pose assis à sa table de travail, un livre à la main.
Ce portrait scelle le début d'une amitié fidèle entre Manet et Zola, tous deux à la recherche du succès

Tableau de Manet
Tableau de Manet

22Musée Carnavalet

16, rue des Francs Bourgeois - 75003 Paris

On trouve au musée Carnavalet plusieurs objets ayant appartenu à Zola ou le représentant.
Attention : le musée est fermé pour travaux jusqu'à fin 2019.

23Avenue Emile Zola

134, avenue Emile Zola - 75015 Paris

Au 134 de l'avenue Emile Zola, se trouve une stèle depuis 1985 qui commémore son fameux "J'accuse".
Elle a remplacé un monument précédent, déboulonné et fondu par le régime de Vichy en 1942.

Juste à côté, la station de métro, sur la ligne 10, porte de nom de Zola.

2018-05-22 07:51:00